Accueil > Communiqués > Santé des femmes réfugiées : pour une réflexion holistique

Santé des femmes réfugiées : pour une réflexion holistique

Une conversation avec Beate Weingartner, coordinatrice du projet Femmes pour femmes de la Charité Berlin, à l'occasion de la journée internationale d'action pour la santé des femmes

« Nous sommes toutes des femmes. » C'est ainsi que commence chaque cycle de discussions qui a lieu dans le cadre du projet Femmes pour femmes offerts par la Charité dans les abris d'urgence pour réfugiés à Berlin. Pour la coordinatrice du projet, Beate Weingartner, il est particulièrement important que les médecins qui animent les tables rondes créent ainsi un niveau de confiance commun avec les femmes réfugiées. Lors des tables rondes, les femmes qui ont fui le pays reçoivent des informations sur des sujets tels que la contraception et l'obstétrique, mais aussi sur la prévention du cancer dans le système de santé allemand. Ces rondes ouvrent un espace pour une conversation personnelle et pour poser des questions.

Être une femme est un facteur important qui unit toutes les personnes présentes à ces pourparlers. Cependant, en raison d'obstacles structurels en Allemagne, les femmes réfugiées sont confrontées à des obstacles majeurs pour accéder aux soins médicaux - un droit humain fondamental.

Il y a un manque d'interprètes formés professionnellement lors des visites chez le médecin. Selon Beate Weingartner, dans de nombreux cas, les femmes doivent organiser cela elles-mêmes ou elles utilisent des applications de médiation linguistique sur leurs smartphones, qui ne traduisent cependant guère les faits médicaux de manière adéquate. Dans le contexte très sensible de la santé des femmes, le langage peut être un facteur très important, sinon décisif, de réussite thérapeutique.

Beaucoup de femmes ont peur d'aller chez le médecin. Une des raisons à cela : les expériences de discrimination dans les relations avec les autorités en Allemagne. Il y a aussi la peur d'être expulsé. Les problèmes psychosociaux, mais surtout les problèmes gynécologiques, sont souvent associés à la honte pour certaines femmes et ne sont donc pas exprimés au personnel masculin en particulier. "C'est simplement une question de confiance", déclare Beate Weingartner.

De plus, il n'y a pratiquement pas de travail éducatif dans les premières langues des femmes, à travers lequel elles peuvent obtenir des informations sur le système de santé allemand. C'est cette ignorance générale qui conduit à un sentiment d'être submergé même par des choses apparemment simples comme prendre des rendez-vous pour des visites chez le médecin. Par exemple, les femmes enceintes ne savent pas qu'elles doivent déclarer leur naissance avant d'accoucher, explique Beate Weingartner.

De plus, il y a un manque de personnel qualifié dans les hôpitaux et donc de temps. « Certaines femmes ont été violées en fuyant. Lors d'un examen gynécologique, on n'a guère le temps de le traiter convenablement, c'est-à-dire avec précaution. Les médecins n'ont pas la capacité ou ne savent pas comment gérer un tel traumatisme.

Le niveau de dotation en personnel dans les refuges d'urgence est également généralement très faible. Cela ne laisse pas le temps de répondre adéquatement aux préoccupations des femmes. De plus, la situation dans les refuges est caractérisée par un manque d'espace et de bruit et une mauvaise garde des enfants. Tant qu'elles doivent s'occuper elles-mêmes de leurs enfants faute d'options de garde d'enfants, les femmes n'ont pratiquement aucune possibilité de participer à des cours de langue ou à des offres de qualification ou de consulter un médecin. Les craintes et les inquiétudes concernant leur avenir, leur titre de séjour ou leur situation de logement sont un fardeau supplémentaire pour les femmes.

Les besoins spécifiques des femmes qui ont fui leur domicile en matière de soins médicaux sont complexes. Étant donné que de nombreuses femmes n'ont pas pu bénéficier d'un traitement préventif pendant des années, par exemple parce qu'il y avait une guerre dans leur pays d'origine, de nombreuses femmes ont un risque accru de souffrir d'un cancer du sein non diagnostiqué. Afin de contrer les conséquences psychologiques de l'expérience de la fuite, Women for Women coopère avec l'Organisation psychosociale internationale ipso, qui offre des conseils psychosociaux dans les premières langues.

Afin de pouvoir garantir une meilleure prise en charge médicale et psychologique des femmes et des enfants issus de réfugiés, il faut :

  1. interprètes formés professionnellement
  2. davantage de personnel médical formé à la prise en charge des femmes réfugiées dans les hôpitaux et autres établissements de santé
  3. offres d'information à bas seuil sur des sujets pertinents
  4. plus de personnel et de meilleures conditions de vie dans les abris d'urgence
  5. Aide à la recherche de logement
  6. plus d'offres de garde d'enfants pour soulager les femmes.

En outre, les individus, les communautés, les personnes de différentes professions et les autorités doivent travailler ensemble pour améliorer la situation sanitaire des femmes réfugiées. Une meilleure communication, une meilleure connaissance des besoins et des préoccupations spécifiques des femmes réfugiées grâce à une approche intégrée et inter-système peut conduire à des changements positifs.

Communiqués

#AUTO-DÉTERMINÉ!

Conférence annuelle DaMigra – Invitation

Mon corps m'appartient - de la tête aux pieds, que ce soit en mini jupe ou avec un foulard Les femmes issues de l'immigration et des réfugiés entre discriminations multiples et droit à l'autodétermination Nous vous invitons ... 

plus

Calendrier

COURAGES 3.0

réseau de femmes, 15 août 2022

Série d'ateliers "Fit on the computer - for women and girls"

Dans le cadre du « MUT 3.0. soit brave Goes new way." Projet pour la série d'ateliers "Fit on ...

plus

COURAGES 3.0

Bureau DaMigra à Erfurt, 16 août 2022

Manifestation d'information : écoles secondaires

En coopération avec le bureau régional de KAUSA en Thuringe, le projet MUT 3.0 Erfurt invite cordialement les femmes ayant des expériences de réfugiés/migrantes à ...

plus